loader

15/03/2020

Direction la Corse !

L'Italie c'est pas pour le moment...

...Direction Bastia pour un tour de Corse !!!

16/03/2020


Jour 36 : À l'attaque du Cap Corse


Bastia --> Morsiglia (nord-ouest du Cap Corse) 54 km


Nous arrivons à Bastia au petit matin après une nuit dans le ferry. Du pont du bateau, l'île semble s'embraser sous les rayons du soleil levant.


On se dirige plein nord direction le Cap Corse par la D 80 qui longe la côte. Les villages et les anses défilent, c'est plutôt plat. Les premières montagnes se dessinent sur notre gauche. Le vent se lève, nous pique-niquons à Macinaggio. Une longue montée plein ouest nous attend où nous traversons le Cap Corse et pouvons voir le point le plus au nord de la Corse. Nous atteignons le Col de la Serra (365 m). S'en suit une longue descente plein sud où le vent souffle fort. Nous posons la tente près de Morsiglia :)

17/03/2020


Jour 37 : Il faut rentrer sur le continent

Morsiglia --> Saint-Florent 56 km


Le voyage m'a déconnectée des dernières nouvelles.


On apprend ce matin qu'il faut être confiné à partir de midi... Dur dur pour le vagabond des routes sans maison fixe. On passe une bonne partie de la journée à réfléchir comment faire puis nous décidons de rentrer à Cagnes-sur-Mer le plus rapidement possible. Nous allons prendre un ferry Ajaccio --> Toulon dans 2 jours.


Nous pédalons plein sud le long du Cap Corse où nous longeons plages et villages.


Dans les magasins les gens s'inquiètent et les rumeurs courent, sur la route les travailleurs enfilent leur baudrier et démontent leur chantier. Nous croisons très peu de voitures, toutefois en période hivernale ces routes doivent être peu fréquentées.


Nous plantons la tente près de St-Florent où tout le Cap Corse s'étale devant nous. La vue est splendide !

18/03/2020


Jour 38 : L'île-Rousse et Calvi à toutes jambes


Saint-Florent --> Col de Palmarella (frontière Corse du Sud) 110km 1500 D+


Nous quittons notre spot de rêve en se lançant le défi d'atteindre Ajaccio en 2 jours pour effectuer les 225 km et les 3000 m D+ qui nous en séparent. Pari lancé ! Le rythme sera effréné !


Nous commençons cette journée par la traversée du Désert des Agriates. Aride, vallonné et avec des vues sur le Cap Corse qui s'éloigne de plus en plus. Ça grimpe, nous atteignons un col à 311 m avec de belles montagnes en arrière plan. Nous descendons jusqu'à L'île-Rousse. Nous continuons de rouler avec mer et falaises sur la droite, montagnes sur la gauche jusqu'à Calvi. Au sud de Calvi la côte déchiquetée est magnifique. Chaque virage nous réserve son lot de surprises. La route monte et descend toute la journée, le dénivelé est important mais après plus d'un mois de vélo j'ai pris le rythme et mes jambes grimpent toutes seules (ou presque).


Une dernière montée nous fera atteindre le Col de Palmarella (408 m) et nous réservera le magnifique spectacle du coucher de soleil entre mer et montagnes.

19/03/2020


Jour 39 : Orgie de beauté corse avant le ferry retour

Col de Palmarella --> Ajaccio 113 km et 1500 D+


Réveil 6 h de ce col à la vue imprenable. La route descend en lacets jusqu'au Col de la Croix. Nous longeons le Golfe de Porto où la montagne se jette dans la mer. Nous croisons les gendarmes à plusieurs reprises qui, d'abord sceptiques et inquisiteurs, nous encouragent ensuite au regard des côtes et des kilomètres qu'il nous restent à parcourir avant d'atteindre Ajaccio.


Passé Porto, les Calanques de Piana se dévoilent. Ciel bleu azur, rochers rougeâtres saillants, mer bleu turquoise et arbustes vert foncé. Ce site classé au Patrimoine Mondial de l'UNESCO est splendide. La montée est longue et rude, la descente n'en est que plus délicieuse. Quelques kilomètres de replat entre Cargèse et Sagone permettent de récupérer avant d'attaquer la dernière grosse montée très raide du Col de San Sebastian (411 m).


On profite bien de la dernière descente avant Ajaccio et la nuit en ferry qui nous attend !

loader

20/03/2020


Épopée corse

Quatre jours, de Bastia à Ajaccio en longeant la côte, au total 333 km et 4 200 m D+, dont deux jours à toutes jambes (223 km et 3 000 m D+) afin d'attraper l'un des derniers ferries qui effectuait la traversée !

À peine arrivées qu'il a fallu chercher une solution pour repartir !

Perdues entre les villages corses, nous avons pu rallier Ajaccio où nous avons pris le ferry 🙂

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.


Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.


Charles Baudelaire, Le Spleen de Paris, XXXIII